Bandax, les bandes de boxe réutilisables fabriquées en France

Bandax a réinventé les bandages qui protègent les mains des boxeurs avec un produit nouveau, très qualitatif et fabriqué en France : des mitaines réutilisables qui offrent la même protection que les bandages de boxe professionnels utilisés lors des combats.

Bandax : la protection des mains des boxeurs fabriquée en France

Avec les bandages de boxe réutilisables Bandax, quel que soit son niveau, le boxeur peut bénéficier à chaque entraînement d’une protection optimale de ses mains et de ses poignets.

Ce n’est pas un luxe. Les mains du boxeur sont mises à rude épreuve et elles n’étaient jusque-là protégées de manière optimale que lors des combats professionnels. Or, tandis qu’un combat dure environ trente minutes, un boxeur cumule des heures et des heures d’entraînement.

Il y a un donc un hiatus à protéger parfaitement les mains du boxeur durant le combat tout en sachant qu’au quotidien il utilise des bandages beaucoup moins protecteurs.

À terme, c’est la santé des mains et poignets des boxeurs qui est en jeu.

Seulement, les bandages de boxe pro nécessitent environ trente minutes à un cutman professionnel (soigneur et spécialiste des bandages). C’est un travail évidemment trop chronophage pour être réalisé quotidiennement avant chaque entraînement.

Qui plus est, à l’issu de la rencontre, les bandages pro sont découpés et ne sont le plus souvent jamais réutilisés. Beaucoup de travail et de la matière qui partent si vite à la poubelle, c’est tout de même dommage.

Franck Romea réalise un bandage de boxe professionnel
Franck Romeo réalise un bandage de boxeur professionnel

Ce sont de ces constats qu’est parti Franck Romeo, fondateur de Bandax. Motivé pour protéger les mains des boxeurs avec un équipement durable, Franck Romeo a inventé un nouveau produit : des mitaines réutilisables qui protègent les mains de tous types de combattants (boxe anglaise, muay thaï, kick boxing, MMA…). Elles s’enfilent rapidement et offrent la même protection et les mêmes sensations que des bandages de boxe pro.

Bandax s’adresse aussi bien aux boxeurs professionnels qu’aux amateurs (ou « Olympique ») et aux boxeurs loisirs. Les amateurs ont une fréquence d’entraînement équivalente à celle des pro. Quant aux loisirs, ils n’ont pas une technique aussi affinée que les pro et les amateurs et risquent parfois plus les microlésions.

Pour pratiquer longtemps la boxe tout en conservant des mains en bonne santé, le mieux est de se protéger et de prévenir les blessures. Bandax paraît parfait pour ça.

Bandax est une innovation made in France qui s’est faite sur le terrain, auprès des boxeurs, et dans l’atelier de Franck Romeo.

La production est 100% française et artisanale, en région parisienne. À la rédaction, on adore (cf notre test et avis en fin d’article) !

Interview de Franck Romeo, fondateur de Bandax

Franck Romeo (FR) a été mécanicien en Formule 2 dans sa jeunesse, puis boxeur amateur et enfin soigneur (cutman), métier qu’il exerce toujours, en parallèle de la gestion de son entreprise et de la fabrication des produits Bandax, qu’il assure lui-même.

JEF : Je n’avais jamais vu un produit tel que Bandax auparavant. Peux-tu nous dire ce que c’est ?

FR : Bandax, c’est un bandage de boxe réutilisable que le boxeur peut enfiler en deux minutes et qui lui assure une excellente protection, équivalente à celle d’un bandage pro. Bandax n’a pas vocation à remplacer le bandage pro au combat mais d’en proposer une réplique pour l’entraînement.

Bandax porté par la boxeuse Estelle Yoka-Mossely
Bandax porté par la boxeuse française Estelle Yoka-Mossely, championne du monde amateur 2016 et médaillée d'or olympique 2016

JEF : Comment as-tu réussi créer ce produit ?

FR : Bandax n’a pas été créé dans un bureau d’étude avec des ingénieurs. Je suis parti de mon expérience de cutman et tout s’est fait pas à pas. Au début, je faisais tout sur mesure, directement sur les mains des boxeurs. Je créais une enveloppe autour du bandage pro pour le rendre réutilisable. Petit à petit, j’ai amélioré ce bandage et utilisé des matériaux plus durables. Je suis parvenu à un produit très élaboré, personnalisable, avec un velcro, du simili cuir,… avec différentes couches de gaze et de gel qui procurent un coefficient d’absorption de l’impact qui fait le bonheur de tous ceux qui l’utilisent, notamment les champions. Et comme on m’en demandait un peu partout dans le monde, j’ai créé des tailles et je peux ainsi les confectionner en série et à distance.

JEF : Lorsqu’on enfile Bandax, on a vraiment une super sensation autour du poing. C’est donc la même que celle d’un bandage pro ?

FR : Oui. Dès le début, j’ai voulu absolument conserver le feeling et les tensions du bandage pro. Produire en série tout en conservant cette qualité, ça a été ma bataille et maintenant c’est LE plus de Bandax. Lorsque tu enfiles mes protections, tu as la sensation d’avoir un bandage pro. Pour y parvenir, je n’ai rien sacrifié au process de fabrication, le feeling est toujours passé avant. C’est d’ailleurs ce qui fait la différence avec mes concurrents. Ils ont conçu leurs mitaines autour d’un process industrialisé. Ça n’apporte pas le même feeling qu’un bandage pro, qui est extrêmement complexe à réaliser. Nous avons tout de même réussi à exporter dans 35 pays (USA, Bresil, Russie, Chine, Japon, Amérique du sud Israël, presque toute l’Europe…). C’est ça le vrai brevet : le savoir-faire qu’il y a dans Bandax.

JEF : Tu produis tout toi-même de manière artisanale donc, de fait, tu es made in France, mais est-ce que cela correspond aussi à un engagement ?

FR : Pour être honnête, avant le COVID 90% de ma matière venait de Chine. Mais quand la pandémie est arrivée, j’ai envisagé que tous mes efforts puissent tomber à l’eau à cause de l’arrêt des importations, ce qui était inconcevable. J’ai donc mis à profit la période pour à la fois améliorer mon produit, essai sur essai, parfois une journée entière sur le même point de couture, et relocaliser mes approvisionnements. Résultat, j’ai amélioré mon produit et, aujourd’hui, 90% des matériaux sont achetés en France et plus durables. Le tissu est labélisé Oeko-tex, qui garantit une teinture éco-responsable.

JEF : Comment vois-tu ton développement ?

FR : J’ai commencé avec 3 bouts de scotch et 500 euros d’investissement. Ma croissance s’est faite en mode bootstrap, en réinvestissant ce que je gagnais, jusqu’à arriver où j’en suis. Je reçois maintenant des commandes pour des milliers de paires auxquelles je ne peux pas encore répondre. Pourtant, je suis persuadé que si j’avais un process cadencé avec plusieurs postes, je produirais des quantités beaucoup plus intéressantes. Je recherche donc des investisseurs ou business angels qui me permettraient d’avoir un levier de croissance. Par ailleurs, il n’est pas impossible que les grandes séries soient réalisées dans une filiale étrangère [gros yeux de JEF]. Mais je n’en suis qu’au début de la réflexion, rien n’est arrêté. Et, quoi qu’il en soit, je vais garder une production en France. Tous les modèles sur-mesure et personnalisés seront toujours faits en France. Je suis fier d’avoir créé un modèle français rentable. Je suis fier qu’aujourd’hui des Américains (pays de boxe) n’aient pas ce qu’on a et qu’ils achètent Bandax. Je suis fier du combat mené pour produire ici, le savoir-faire est français, je n’ai pas envie de tout délocaliser. Et tout ce que je souhaite, c’est que le pôle français de Bandax se développe. Si la demande directe de bandages personnalisées augmente, je suis prêt à me faire aider par un, voire deux ou trois salariés en France… mais pour cela il faut que j’aie de la demande sur ce type de produit.

JEF : Donc, en aparté, appel à tous les boxeurs qui nous lisent : achetez Bandax directement sur son site internet ! … Et, pour finir, une dernière question s’il te plait. En tant que sportif et artisan qui fabrique de l’équipement de sport made in France, as-tu un message à adresser aux sportifs qui nous lisent ?

FR : J’en ai trois. En France, on passe notre temps à se plaindre, on croit souvent qu’on est mauvais ou qu’on n’a pas les moyens… Pourtant, j’ai réussi à créer quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs, exporté partout dans le monde et des champions me disent qu’ils ne s’entraînent plus sans leur paire de Bandax. Mon premier message, c’est donc qu’on peut y arriver ! Il faut travailler très dur et être surdéterminé. Mon second message, c’est qu’il faut être patient. On ne peut pas tout avoir tout de suite. J’ai mis des années à développer Bandax. Et mon troisième message, c’est qu’on peut travailler et vivre de sa passion.

Test et avis sur Bandax

Nous nous sommes rendus sur le site de Bandax pour commander une paire de mitaines personnalisées aux couleurs de JEF et les tester.

Les mitaines Bandax personnalisées sont superbes !

L’outil de personnalisation en ligne est très pratique et facile à prendre en main. On choisit ses couleurs et on peut insérer du texte ou un logo au format png ou jpg en quelques clics.

Le site génère en temps réel un aperçu de la mitaine personnalisée.

La grande question pour nous à ce stade était de savoir si le produit reçu serait fidèle.

Et que dire, sinon WOUAW !

Moins d’une semaine après avoir passé notre commande nous avons reçu notre paire et on les adore.

Les bandes de boxe Bandax commandées par JE M'EQUIPE FRANCAIS
Les protections Bandax commandées par JE M'EQUIPE FRANCAIS; la commande sur le site (à gauche) et le produit reçu quelques jours après (à droite)

L’option de personnalisation est donc très sympa. Elle te ravira, que tu sois une entreprise, un club, un professionnel (pour mettre en avant ton nom ou ton sponsor), ou juste un boxeur qui aime avoir du style.

Bandax est pratique et offre d’excellentes sensations

On enfile les mitaines en quelques secondes puis on les fixe et les resserre autour du poignet avec un système de scratch qui rappelle celui des bandes de boxe classiques.

La sensation est immédiatement excellente.

Une fois les gants enfilés,  on sent immédiatement sa main bien maintenue et protégée, avec une réelle différence si l’on compare aux bandages de boxe classiques.

Petit plus : après plusieurs utilisations et malgré la sueur, les mitaines Bandax ne dégagent aucune mauvaise odeur. 

Quel que soit ton niveau, pro, amateur ou loisir, si tu n’as plus envie de passer des heures à démêler tes bandes et si tu veux une protection optimale de tes mains, Bandax est un produit que l’on te recommande.

On espère que Bandax trouvera un moyen de se développer en maintenant un maximum de sa production en France, comme Franck s’y engage. Car, dans tous les cas, le produit est excellent, il n’y a pas de doute que Bandax trouvera des chemins de croissance.  Bravo ! 

Abonne-toi à la newsletter et reçois les résultats de l'enquête "Les sportifs et l'équipement Made In France."

Suis-nous sur